NetVibes sur TechCrunch

 

Google, Yahoo, Facebook… chacun selon ses attentes a sélectionné sa page d’accueil. Mais les accros des flux rss, ou les pros de l’agrégation utilisent certainement Netvibes. Pour ceux qui  découvrent ce service, en deux mots c’est un portail personnalisable, qui permet d’agréger des données (rss, mails…). Pratique pour garder un oeil sur un grand nombre de sites sans forcément avoir besoin de se rendre dessus.

On connaît surtout Netvibes pour son dashboard gratuit  proposé au grand public, mais l’entreprise génère ses revenus avec une offre BtoB. Créé en 2005 par Tariq Krim et Florent Frémont, Freddy Mini l’actuel CEO nous retrace  le chemin parcouru depuis.

1 – Un succès grand public unanime, pourtant Netvibes a mis longtemps avant d’être rentable. Quel modèle économique se cache derrière Netvibes ? Les services proposés aux entreprises sont moins connus des internautes, pouvez-vous nous en dire plus sur ce que propose Netvibes ?

Je pense qu’il faut relativiser les choses. Netvibes n’a eu qu’un tour de financement, en aout 2006, c’est à dire il y a 5 ans maintenant.
En 2008, nous décidons de rendre rentable Netvibes et annonçons que nous y parviendrions au break even sous 18 mois, soit au dernier trimestre 2009. Ce que nous avons fait.

En 2008, nous avons testé 2 business models: media et software. La publicité se marie mal avec un environnement personnalisé. Elle fragilise la relation de confiance que nous souhaitons construire et maintenir avec nos utilisateurs. A l’inverse, nous avons souhaité offrir un endroit où regrouper tout ce qui concerne un sujet, à la fois à l’intérieur d’une organisation comme par exemple les dépenses ou le trafic et à l’extérieur comme ce qui se dit de vous sur les réseaux sociaux.

Les Netvibes Premium Dashboards (NPD), sont nés. Les NPD sont servis et maintenus par Netvibes. Pour être simple et facile à gérer, nous offrons des utilisations illimitées et des coûts forfaitaires. Sans surprise.

Rapidement également, pour des impératifs de sécurité ou de législation dans certains pays, nos clients nous demandent une version “privée” de Netvibes. Le Netvibes for Enterprise est né (NFE).

En 2009, nous délivrons donc la première partie de notre vision nommée “Dashboard Intelligence”

Cette première partie offre de “Tout écouter” (Listen to Everything). Tout ce qui est l’intérieur, tout ce qui est a l’extérieur et tout de suite, grâce a notre technologie nous permettant de nous approcher le plus possible du “real-time”. Tout écouter permet à nos utilisateurs un accès à plus de savoir. Mais pour que l’organisation en bénéficie, il faut que ces utilisateurs partagent ce savoir.

Nous délivrons donc la deuxième partie de notre vision à mi 2010 avec le SmartTagging.

SmartTagger est simple et naturel. Tout comme dans Gmail, vous utilisez des labels pour catégoriser votre inbox, smarttagger permet de catégoriser ce que vous lisez et lui apporter votre sentiment. catégorie et sentiment font d’un SmartTag une opinion. Les bénéfices sont évidents et immédiats: filtrer ce que lit votre boss, ne vouloir voir que ce qui a été jugé “menaçant” ou “opportunité” ou encore voir les tendances et l’émergence de nouveaux sujets sont parmi les premiers retours sur investissement.

Nous voici donc dans la troisième partie de notre vision que nous venons d’annoncer début Juillet et qui entre en production la semaine prochaine avec le Social Pack ajoute à nos Netvibes Premium Dashboards.

Le Social Pack regroupe analyses sémantiques et alertes très sophistiquées. Netvibes peut maintenant analyser tout le contenu que vous avez agrégé. Nous pensons que l’analyse doit être construite sur le paysage médiatique qui vous importe et ce sans aucun filtre.

Pour résumer: Tout écouter, apprendre de tous et réagir tout de suite sont les 3 points fondamentaux de notre stratégie de Dashboard Intelligence.

2- Le marché US a t’il été difficile à appréhender ?

Le marche US s’est développée conformément à nos plans. Nous avons aujourd’hui une équipe à San Francisco et une à New York et les US sont notre plus gros générateur de revenus depuis 3 trimestres. Mais connaissant l’équipe Europeenne, ils n’ont pas dit leur dernier mot :)

3- Finalement le dashboard grand public semble être plus une source de dépenses que de revenus ? Comptez-vous encore développer ce service, ou même l’arrêter ?

Nous ne comptons pas l’arrêter. Absolument pas. Netvibes.com est une vitrine qui nous permet de montrer la philosophie de Netvibes et de démontrer que nos offres business peuvent supporter un grand nombre d’utilisateurs.

4- Coté innovation, quelles sont les nouvelles fonctionnalités que vous voudriez mettre en place sur Netvibes ? Une application iPhone récemment lancée, d’autres surprises d’ici la fin de l’année ?

L’application iPhone a été lancée par un partenaire et démontre la réalité de l’ouverture commerciale de nos APIs. Nul doute que cela donne des idées à d’autres :)

Je préfère parler d’évolution de notre ligne de produits car notre stratégie est clairement exposée et expliquée (dashboardIntelligence.com ), donc oui beaucoup d’évolutions sont prévues. Notamment une très belle dans quelques semaines !

5- Vous avez quitté MusicMe, l’un de vos projets, il y a presque 5 ans jour pour jour pour développer Netvibes aux USA. Que retenez-vous personnellement de cette expérience par rapport aux précédentes ?

Le choix de quitter MusicMe a été très difficile. C’est une superbe équipe et un merveilleux produit.

Cette expérience aux USA est ma deuxième, après plus de 5 ans passés à Boston pour Lotus, AltaVista et Ziff Davis. J’ai retenu de mes erreurs passées de tout de suite m’entourer de compétences locales et raisonner globalement. Pas être dans un pays et regarder les autres. Surtout proscrire la notion de “domestic vs International”. Netvibes est une entreprise avec un état d’esprit global et nous, toute l’équipe, en sommes très fiers.

 

Source : TechCrunch