Le fabricant de puces Scalinx envisage d’attaquer les marchés de la 5G (via https://www.usinenouvelle.com/)

Installée à Paris, Caen (Calvados) et Grenoble (Isère), Scalinx a mis au point des puces peu énergivores qui permettent la conversion du signal électrique analogique en signal numérique dans les systèmes de communication sans fil. 

Scalinx qui conçoit et industrialise, avec 50 salariés, des puces servant à la conversion du signal électrique analogique en signal numérique (et vice-versa) dans les systèmes de communication sans fil, fait partie des entreprises d’électronique soutenues par le plan gouvernemental France Relance.

Ses composants destinés aux marchés de l’industrie et de la Défense constituent un élément clé de la chaîne électronique, entre l’antenne et les circuits numériques de traitement du signal. Scalinx conçoit ses composants sur trois sites – Paris, son siège social, Caen (Calvados) et Grenoble (Isère) – puis les industrialise à Caen avec 20 salariés, avant d’en confier la production à un réseau de sous-traitants. Scalinx ne communique pas son chiffre d’affaires, ni le montant du soutien de France Relance, confidentiel.

Ce qui a retenu l’attention de France Relance est le savoir-faire de cette PME dans le développement de puces peu énergivores. « Nos composants permettent de résoudre les problèmes de dissipation thermique qui limitent actuellement le nombre d’éléments d’antenne dans les infrastructures de communication et les systèmes radar, explique Hussein Fakhoury, PDG de Scalinx, prêt à attaquer le marché de la 5G. Pour nos clients, ce gain d’efficacité énergétique est synonyme de gain de performance car on peut, de ce fait, multiplier le nombre d’éléments d’antennes. »

[…] La suite par Claire Garnier : https://www.usinenouvelle.com/editorial/scalinx-envisage-avec-france-relance-d-attaquer-les-marches-de-la-5g.N1034114